Témoignage de M. RÉNÉRIC, coordinateur prévention des risques professionnels au CHU de Lyon et de Mr TREPO, Biologiste, référent risque chimique HCL

« Par le bais du Document Unique, nous avons constaté que les agents de nos quatre centres de biologie du CHU de Lyon, utilisateurs importants de produits chimiques, n’avaient pas nécessairement une conscience suffisante des risques liés aux produits utilisés. Les récentes évolutions réglementaires ont été une opportunité pour l’institution de resensibiliser les agents à ces problématiques.

Sous l’impulsion conjointe de la Direction des Plateaux Médico Techniques et de la Direction du Personnel et des Affaires Sociales, nous avons donc décidé de lancer une opération de sensibilisation vers les techniciens de laboratoires avec le concours de leur hiérarchie, soit un total de 800 personnes.

Le e-learning « Risque chimique et CMR » proposé par 2J PROCESS nous a paru adapté à cette action. Cette solution nous permettait :

– De faire prendre conscience des risques, en particulier concernant les composants volatils, à l’ensemble des équipes, de façon globale et uniforme.

– De faire prendre connaissance des équivalences en termes de pictogrammes du nouveau système d’étiquetage européen CLP.

– De l’intérêt des Fiches de Données de Sécurité.

– De sensibiliser les agents aux notions de TCMR (Toxiques, Cancérigènes, Mutagènes et Reprotoxiques) et de VLEP (Valeurs Limites d’Exposition Professionnelle), dans le cadre de la démarche de recensement et de mesure également menée en parallèle dans certains laboratoires.

– De responsabiliser les agents sur leurs propres pratiques et rendre les cadres acteurs de cette prévention (stockage, moyens de protections collectifs ou individuels).

– De disposer d’une traçabilité de l’évaluation individuelle des connaissances acquises par un « QUIZ » réalisé en fin de formation.

Tout ceci contribue à une meilleure connaissance des risques aux postes de travail,  complémentaire à une démarche de qualité COFRAC 15189 dans laquelle tous les laboratoires se sont engagés.

Nous avons choisi d’utiliser le produit en « Mixte learning », c’est-à-dire mi présentiel, mi e-learning : des sessions de 10 personnes environ ont été organisées, où chaque agent était doté d’un PC, pendant lesquelles le support a été projeté et commenté par le cadre. Un deuxième temps a été consacré aux évaluations individuelles, avec un corrigé explicatif collectif.

Il faut avoir à l’esprit que ce choix d’organisation nécessite une certaine anticipation avec des préalables informatiques (carte son (animation  sonorisée), casques, logiciel de lecture du e-learning (flash player), débit d’internet suffisant, etc…). Sont également requis une logistique des lieux (identification des salles à disposition, disponibilité, réservation, tests du matériel), une organisation forte par les cadres et cadres supérieurs (planification et gestion des temps de formation, identification nominative des agents, mobilisation des agents etc..).

Pour un résultat optimal, nous avons anticipé l’implication des tuteurs internes par groupement hospitalier (responsable par hôpital) très en amont afin qu’ils puissent s’approprier le projet, assurer sa déclinaison jusqu’au terrain, et permettre le suivi de leurs apprenants.

Nous avons également souhaité renforcer cette démarche par l’acquisition de livrets déclinant le programme, qui remis en principe en début de formation, ont pu être utilisés comme appui, tout au long de la session, et comme « document trace » des acquis. Ces livrets ont été adaptés à notre institution avec l’introduction d’un message de la Direction Générale et le rappel des coordonnées des services de médecine de santé au travail par groupement en annexe.

Aujourd’hui, 80 % de nos 800 agents et leur hiérarchie directe ont été sensibilisés au bout d’un an, sensibilisation qui se poursuit de manière positive et s’inscrit dans un programme plus large de prévention des risques chimiques. »